Endométriose, Adénomyose et alimentation


Tu souffres de douleurs intenses durant tes règles, mais tu entends que « c'est normal » ? C'est non !

IL N'EST PAS NORMAL DE SOUFFRIR PENDANT SES REGLES. 

Aujourd'hui, l'endométriose touche une 1 femme sur 10, et une 1 femme 4 pour l'adénomyose. 

Non pas sans conséquences, nous avons de quoi s'intéresser sérieusement au sujet ! 


DE QUOI PARLE-T-ON ?

Endométriose : Il s'agit de tissus semblables à la muqueuse utérine, se développant en dehors de l'utérus. 
Adénomyose : Même problématique que l'endométriose, hormis le fait que les tissus se trouvent à l'intérieur de l'utérus.
L'endométriose et l'adénomyose sont les maladies inflammatoires et chroniques. 
Le diagnostic est parfois long, la moyenne étant de 7 ans, avant de pouvoir mettre des mots sur les maux. Ces maladies gynécologiques entraînent des douleurs pelviennes, un dérèglement du cycle menstruel, mais pas que !
  • Des troubles digestifs, douleurs à la défécation et pour uriner
  • Des dysménorrhées, des douleurs importantes pendant les règles, ou avant, pouvant s'additionner à des vertiges, vomissements, douleurs lombaires et bien d'autres
  • De la dyspareunie, soit des douleurs pendant les rapports sexuels
  • Une fatigue chronique
  • Des douleurs pelviennes, aux ovaires, entre les règles,  pouvant irradier la jambe (cruralgie)
  • Des règles abondantes ou hémorragiques, pouvant s'accompagner de pertes de caillots
  • Des métrorragies, ou spotting en dehors des règles
  • Une infertilité
  • Douleurs à l'épaule, dos …

L'accumulation de tous les symptômes n'est (heureusement) pas toujours le cas. Les douleurs peuvent être très intenses ! 
L'endométriose et l'adénomyose sont des maladies handicapantes au quotidien. Elles impactent la vie sociale, la vie familiale, la vie de couple, la vie professionnelle.
Il n'existe aujourd'hui pas de traitements médicamenteux permettant de se débarrasser des pathologies, et peu de traitements pouvant les soulager sans effets secondaires (contraceptifs, antidépresseurs, anti-inflammatoires...). 

ET LA NATUROPATHIE DANS TOUT CELA ?

L'approche naturopathique agit sur les symptômes d'une manière générale. 
Nous tenterons alors de diminuer l'inflammation, réguler le cycle menstruel et le taux hormonal (car la maladie entraîne souvent un excès d'œstrogène), booster la fertilité, lutter contre le stress oxydatif, accompagner le stress et les émotions associés, revitaliser le corps ainsi que le système immunitaire souvent affaibli. 
APARTE
Qu'est ce que l'inflammation ?
Il s'agit d'une réponse de notre système immunitaire face à une agression externe, ou interne dans notre cas, ici des tissus qui ne sont pas au bon endroit ! C'est en fait l'alarme de ton corps pour réagir face à un intrus.

 

ON SE LANCE ?

Côté alimentation : 
Nous veillerons à lutter contre les carences générées par la perte de sang abondante et par le stress. Une alimentation anti-inflammatoire sera la bienvenue afin de diminuer les douleurs multiples. De plus, nous prendrons soin de notre système digestif.
Dans un accompagnement en naturopathie, il sera important de commencer par une détox, pour préparer un « terrain sain », ou une revitalisation de l'organisme si ce dernier est trop affaibli. Il est important de ne pas entreprendre cette démarche seule. Après tout cela, un rééquilibrage alimentaire sur le long terme sera essentiel. 
ON MISE SUR :
  • Les légumes : riches en vitamines et différents minéraux essentiels. Les légumes verts apporteront des fibres, indispensables pour réguler le transit intestinal. A consommer au moins deux fois par jour.
  • Les céréales complètes : fibres, magnésium, antioxydants, fer, magnésium
  • Les bons gras : sardines, maquereaux, huiles crus comme l'olive, noix, sésame, apporteront de bons oméga-3 qui agiront pour réduire l'inflammation
  • Protéines végétales : préférables à certaines protéines animales (je t'en parle juste après). Tu les retrouveras dans les légumineuses, oléagineux, céréales complètes
  • Oléagineux : amandes, noix, noix de cajou, noisettes, diverses graines aideront également à diminuer l'inflammation, et apporteront de nombreux bons nutriments indispensables au bon fonctionnement de ton organisme. En salade ou dans les gâteaux, ils seront les bienvenus.
  • Une alimentation riche en fer : haricots blancs, sésame, céréales, épinards
  • Une alimentation riche en zinc, qui réduit les douleurs : légumineuses, crustacés
  • L'eau : au moins 1,5L de consommation hydrique permettra d'éliminer les déchets accumulés davantage par la maladie, de lutter contre la constipation, de booster l'énergie générale 

ON LIMITE : (d'une manière générale, et d'autant plus pendant les crises)
  • Les graisses saturées : elles provoqueront de l'inflammation dans ton corps ! Fritures, fast-food, charcuterie, crème, excès de beurre …
  • Protéines animales : cela dépendra déjà tout d'abord du régime que tu décides d'adopter. La viande rouge peut contenir des hormones … Et on le rappelle, le but est de réguler un système hormonal déséquilibré. Si tu aimes la viande rouge, attention à la manière de la cuisiner (évite la friture, et plutôt crue), et de bonne qualité. 
Pour la viande blanche, elle est souvent moins toxique (si de bonne qualité, bien-sûr). Limite tout de même sa consommation puisque, comme la rouge, elle peut être trop acide pour tes intestins fragilisés. 
Concernant le poisson, il sera préférable dans ta consommation apportant alors oméga-3, magnésium et vitamines.
Tout comme la viande, teste ta bonne tolérance du côté des intestins, ainsi que des repas végétariens au cours de la semaine afin de laisser au repos ton système digestif
  • Les phytoestrogènes : soit les aliments agissant comme les œstrogènes dans ton corps, déséquilibrant l'équilibre hormonal. On retrouve les graines de lin et le soja.
  • Le sucre raffiné : il provoque de l'inflammation et affaiblit le système immunitaire. Il fatiguera ton organisme. Préfère le sucre naturel présent dans les fruits plutôt que les sodas, gâteaux industriels, jus de fruits industriels ...

A retenir : adopte une alimentation variée, la plus naturelle et brut possible. Tout ce qui sera transformé pourra présenter des inconvénients. Attention cependant à ne pas tout bannir du jour au lendemain, tu risquerais de créer de grosses frustrations et peut-être des carences. Il est important d'équilibrer ton alimentation en douceur, en fonction de tes besoins. 
 

Ton naturopathe t'accompagne à trouver ton équilibre ! 

L'alimentation n'est pas ton unique allié. Les plantes et la gestion psycho-émotionnelle ne seront pas à négliger pour vivre sereinement avec la maladie !

Suite dans un prochain article.


A bientôt,


Prends soin de toi.